Sélectionner une page

Les problèmes environnementaux sont légions aujourd’hui et les questions soulevées paraissent toujours farfelues un temps. Le temps qu’elles s’avèrent fondées …
Dans cette article, il n’est pas question de réchauffement climatique (et encore que), d’augmentation du niveau de la mer, … mais d’une toute autre pollution. Une pollution, que vous ne percevez pas, dont vous n’avez peut-être même pas conscience, mais qui aura un impact non négligeable sur la sécurité de la population, sur l’environnement ou encore sur de possibles avancées technologiques. Et il s’agit des satellites ou autres objets spatiaux. Qu’ils soient météorologique, communication, exploration, …, de nombreux d’entre eux jonchent notre espace afin de nous rendre la vie plus simple. Et ce nombre pourrait monter a plus de 20 000 débris spatiaux.

La vie d’un satellite

 

En effet, ces dizaines de milliers de satellites, sondes d’exploration ou engins de lancement sont présents dans notre orbite terrestre. Et ce chiffre va tendre inévitablement en hausse. Ces objets volants identifiés ont souvent une durée de vie très limitée. Evidemment les engins de lancement sont inutilisables dès l’entrée en orbite mais en ce qui concerne les satellites, leur travail est souvent efficace pendant environ une petite dizaine d’années.
La question qui se pose est donc simple, que deviennent ces objets ?

 

L’orbite-poubelle

 

Et une question simple amène une réponse simple. Aujourd’hui, pas grand chose. En effet, une fois terminé ce pourquoi ils étaient présents dans l’orbite, ils y restent. Et cela provoque l’apparition de termes comme orbite de rebut, orbite-poubelle ou pire encore comme orbite-cimetière. Sans équivoque possible, aujourd’hui l’orbite terrestre est emplie de ces dizaine de milliers de satellites par exemple.
En service, ces derniers sont normalement dans ce qu’on appelle un orbite géostationnaire. Est utilisé alors le restant de carburant pour placer ces appareils dans l’orbite de rebut, quelques centaines de kilomètres au-dessus de leur positionnement précédent. Pourquoi pas en-deçà, évidemment pour éviter les collisions avec d’autres appareils ou encore les risques de chute sur le sol terrestre.

 

Quelles sont les mesures prises afin d’y remédier ?

 

A ce jour, peu de choses sont envisagées. Les propriétaires des satellites sont censés, normalement, “désorbiter” leurs débris spatiaux. En quoi cela consiste ? De complètement sortir ces débris de l’orbite terrestre pour amener ceux-ci plus loin dans l’espace. La France a légiférer en 2011 à ce sujet. Mais aujourd’hui aucune amende n’est donnée lorsque cela n’est pas réalisé. Autant dire que le respect de cette loi laisse à désirer.
A cet effet, un marché florissant ouvre donc ces portes pour les centres de recherche, les agences privées, …Et les idées ne manquent pas. De la pince géante au filet en passant par le bras articulé, plusieurs projets sont en cours. SUPAERO, la grande école française est même en train de travailler sur un garage de l’espace.

Le sujet devient de plus en plus urgent car tous les mois de nouveaux débris s’amoncellent. Il est donc important que de tels sujets soient pris en main pour un respect global de l’environnement dans lequel nous vivons.